Les Hadîths du Prophète sur les «Douze Califes-Successeurs» (Dossier)

Publié le par AbouAyman

Les Hadîths du Prophète sur les
«Douze Califes-Successeurs»
 
 
Al-Bukhârî a rapporté le témoignage suivant de Jâbir Ibn Samrah: «J'ai entendu le Prophète ('Aley'i Salat wa Salam) dire: "Il y aura douze Amîrs ..." et d'autres mots que je n'ai pas pu entendre. Mon père m'a informé alors qu'il avait dit "ils seront tous issus de Quraych"»
 
Selon "Çahîh Muslim", le Prophète ('Aley'i Salat wa Salam) a dit:

«La Religion se maintiendra jusqu'à l'arrivée de l'Heure ou jusqu'à ce que Douze Califes, issus tous de Quraych, vous eussent dirigés».
 
Selon "Musnad Ahmad", cite le témoignage suivant de Masrûq: «Nous étions assis chez 'Abdullâh Ibn Mas'ûd qui récitait le Coran. Un homme demanda alors à ce dernier: «Ô Abû 'Abdul-Rahmân! N'avez-vous jamais demandé au Messager d'Allah (P) combien de Califes vont régner sur cette Umma?» 'Abdullâh Ibn Mas'ûd a répondu: «Personne, avant toi, ne m'a posé cette question depuis que je suis venu en Irak». Et d'ajouter: «Si! nous l'avons posée au Messager d'Allah (P) et il y a répondu: "Douze, comme le nombre des Chefs (noqabâ') de Banî Isrâ'îl"».
 
Ces Ahadiths ne parlent nullement de douze imams de ahlul bayt mais plutôt de douze Califes de Qoraich. Et excepté les Imams : Ali et son fils al-Hassan -sur eux et sur les épouses du prophète salla ellâhu 'alayhi wa sallam le salâm- aucun des imams désignés par les duodécimains n'était Calife.

Aussi, si le prophète salla ellâhu 'alayhi wa sallam voulait parler dans ces hadiths des douze imams des imamites, pourquoi a-t-il donc dit de Qoraych plutôt que de dire de Ahlu bayti ??? Lui qui est tenu de transmettre d'une façon claire comme Allah Ta'aala le dit dans le Qor'an :
 
"wa mâ 'ala errasûli illa elbalâghu-l mubîn !"
 
Et qu'est-ce qui l'empêchait donc de préciser qu'il s'agissait d'imams de sa famille alors que lorsqu'il ne cessait dans ses prêches lorsqu'il voulait parler de ses ahlul bayt de bien préciser qu'il s'agissait des ahlul bayt ! Alors s'il a utilisé l'expression de Qoraych -lui qui a reçu jawâmi'a-l kalim- c'est que certainement ces Califes n'étaient pas issus seulement d'une seule famille de Qoraych mais de plusieurs familles. Et les sunnites croient justement que les premiers Califes bien guidés : Abu Bakr, 'Omar, 'Uthmân et 'Ali qu'Allah Ta'aala les agrée tous font les quatre bel et bien partie de ces douze imams.

D'autre part, ces ahadiths décrivent l'islam et plus précisement le pouvoir dans ses meilleurs états durant la période de ces douze Califes alors que les hadiths prophétiques considèrent que le fait de confier le pouvoir à ceux qui n'en sont pas dignes est un signe de l'approche de l'heure !
 
Ce qui prouve qu'il ne s'agit pas des douze imams désignés par les imamites car sinon ils seraient contraints de reconnaître que le pouvoir à leur époque était entre les mains de ceux qui en étaient dignes alors qu'ils (les imamites) croient que le pouvoir devait revenir aux imams des ahlul bayt qu'ils ont désignés et qu'il leur a été arraché ! Ce qui prouve une fois de plus que ces hadiths ne parlent surement pas des imams désignés par les duodécimains !

Aussi, des douze imams des duodécimains, seuls onze ont réellement existé ! Le douzième a été tout simplement inventé. Le soi-disant onzième imam al-Hassan al-'Askari est mort sans laisser d'enfant comme le rapporte ses contemporains qui ont décrit l'évènement. Et les imamites qui croyaient en l'imamat de ce soi-disant onzième imams s'étaient partagés en 14 groupes comme le rapporte entre autres les imamites même ! Chacun de ces groupes avait inventé sa propre théorie sur le successeur de cet onzième imam (qui était en fait douzième pour les fathiyyah parmi eux) ! Il y avait tellement de divergence entre eux à cette époque qu'on l'a appelée zamanu-l hayrah (la période de l'embarras). Un groupe a prétendu que l'imamat passait après lui à son frère Ja'far et ont contredit de ce fait la condition qu'ils s'étaient imposée à savoir qu'après les imams al-Hassan et al-Hussayn l'imamat ne pouvait passer que du père au fils et non d'un frère à son frère ! Un autre groupe a prétendu que l'imamat s'est arrêté avec cet onzième imam ! Un groupe a reconnu qu'il s'était trompé en désignant al-Hassan comme onzième imam du fait qu'il soit mort sans descendance et ils l'ont remplacé par son frère Ja'far. Un groupe a rejeté le fait qu'al-Hassan est mort et qu'en fait il s'était occulté et c'est lui le Mahdi. Un groupe a prétendu qu'il avait un enfant qui est resté dans le ventre d'une des ses servantes jusqu'à une période indéterminée etc...
 
Et puis parmi ces groupes il y avait ceux qui seront appelés plus tard les duodécimains et qui avaient prétendu qu'en fait l'imam al-Hassan al-'Askari a eu un enfant de son vivant même mais qu'il a caché et cet enfant a décidé de s'occulter dans le sirdab (tunnel) de Samarâ et qu'il avait des ambassadeurs (soufarâ) ! Et en tout et pour tout, il y a eu 24 dadjâl charlatans qui avaient prétendus être les ambassadeurs de ce soi disant imams occulté ! Les duodécimains n'en ont retenu que quatre.  Et on ne parlera pas des problèmes qu'il y avaient entre ces soi disant ambassadeurs et ceux qui ont témoigné pour eux dans les ouvrages imamites même.
 
Vous trouverez tout ce que je viens d'écrire dans : "Firaqu-l Chî'ah" de l'imamite duodécimain al Nawbakhti et "al-maqâlât wal-firaq" de l'imamite duodécimain al-Ach'ari al-Qummi, tous deux contemporains du soi disant onzième imam et donc de cette période, "al-ghaybah" d'al-Nu'mâni, "Ikmâlu eddîn" d'as-Sadûq, "al-Irchâd" d'al-Mufîd, "al-Ghaybah" d'at-Tûssi qui sont tous des imamites duodécimains et plus précisément leur premiers et plus grands savants !

Aussi, les imamites duodécimains n'ont aucun hadith dans leurs ouvrages qui prouve que leur douzième imam est bien né sans qu'il soit ridicule et contradictoire et dont la chaine de transmission présente une ou plusieurs faille. Donc avant d'utiliser ces hadiths sunnites sur les douze Califes ils faudrait d'abord qu'ils prouvent que leur soi disant douzième imam est bel et bien né avec des preuves historiques solides. Chose qu'ils ne pourront jamais faire.

Aussi, les premiers imamites duodécimains et plus particulièrement Es-Sadûq n'excluait pas dans son livre "Ikmâl ed-dîne" qu'il puisse y avoir d'autres imams qui se succèderont après ce douzième imam après que celui-ci mourra. Donc finalement, il ne s'agit pas de douze imams mais d'un nombre supérieur ou égal à douze alors que ces hadiths sunnites parlent plus précisément de douze Califes.

Tout cela prouve qu'excepté le nombre douze qu'il y a de commun, ces ahadiths sunnites n'ont absolument rien avoir avec les douze imams désignés par les imamites duodécimains. Et ceci est inchallah clair pour tous ceux qui ne se contentent pas de survoler les textes et préfèrent user de leur cervelle pour comprendre les hadiths et voir à quelle réalité historique s'adaptent-ils.
 
 
 
Pseudo-Arguments des Chiites
 
 


Assalam aleykom,

Je tiens a vous reproduire ici bas, par souci d'objectivité, que les hadîths du Prophète (P), notoirement connus, largement diffusés et universellement admis sur les "Douze Califes", bien que ces hadîths, dans la version présentée, soient vagues et sujets à diverses interprétations, du moins lorsqu'on les juge sur les apparences.

Les Hadîths du Prophète sur les «Douze Califes-Successeurs»

Al-Bukhârî a rapporté le témoignage suivant de Jâbir Ibn Samrah: «J'ai entendu le Prophète (P) dire: "Il y aura douze Amîrs ..." et d'autres mots que je n'ai pas pu entendre. Mon père m'a informé alors qu'il avait dit "ils seront tous issus de Quraych"»(107)

Selon "Çahîh Muslim", le Prophète (P) a dit :

«La Religion se maintiendra jusqu'à l'arrivée de l'Heure ou jusqu'à ce que Douze Califes, issus tous de Quraych, vous eussent dirigés».(108)

"Musnad Ahmad", cite le témoignage suivant de Masrûq: «Nous étions assis chez 'Abdullâh Ibn Mas'ûd qui récitait le Coran. Un homme demanda alors à ce dernier: «Ô Abû 'Abdul-Rahmân! N'avez-vous jamais demandé au Messager d'Allah (P) combien de Califes vont régner sur cette Umma?» 'Abdullâh Ibn Mas'ûd a répondu: «Personne, avant toi, ne m'a posé cette question depuis que je suis venu en Irak». Et d'ajouter: «Si! nous l'avons posée au Messager d'Allah (P) et il y a répondu: "Douze, comme le nombre des Chefs (noqabâ') de Banî Isrâ'îl"».(109)

Il ressort de cette série de hadîths admis unanimement par les sources sunnites et chî'ites, ce qui suit :

1- Le nombre de "Calife ou d'Émirs" qui ont la charge de la Umma (la Communauté musulmane) après la disparition du Prophète (P) et jusqu'à la fin des Temps, est douze et ils sont tous issus de Quraych.

Ceci est conforme à la croyance du Chî'isme qui veut que les seuls successeurs légitimes du Prophète (P) soient ses Douze Descendants, les Douze Imams d'Ahl-ul-Bayt (p), dont le douzième est l'Imam al-Mahdî, occulté et toujours vivant jusqu'à la Fin des Temps.

Certes, on peut objecter que l'expression "Émirs ou Califes" ne s'applique pas à la réalité des Douze Imams, lesquels, à l'exception de l'Imam 'Alî, n'ont pas accédé au pouvoir. Mais, la réfutation de cette objection est simple et évidente: le Prophète (P) a désigné par "Califes ou Émirs" ceux qui sont dignes de lui succéder ou qui méritent légitimement le pouvoir et sa succession, et non point ceux qui, à l'instar de Yazîd, Marwân ou Mu'âwiyah, ont transformé le Califat-Bien-Dirigé en monarchie héréditaire et qui au lieu de se plier aux exigences de la Charî'ah ont plié celle-ci aux caprices de leur règne et de leur pouvoir, comme l'a bien démontré, l'une des figures de proue du Sunnisme moderne, Abû-l-A'lâ al-Mawdûdî, dans son excellent livre "Al-Khilâfah wa-l-Mulk".(110)

Si les Imams d'Ahl-ul-Bayt ont été systématique-ment écartés du pouvoir, ils n'ont pas moins exercé leur fonction de diriger spirituellement leurs adeptes, de transmettre les enseignements authentiques du Prophète (P), d'attirer l'attention de la Umma chaque fois que le pouvoir califal commettait une entorse évidente à la Charî'ah.

2- Ces douze Chefs sont désignés par Allah puisque le Hadîth les compare aux "Douze Chefs de Banî Isrâ'îl" choisis par la Volonté divine, comme l'affirme le Coran: «Allah a contracté une alliance avec les Banî Isrâ'îl et Nous avons suscité douze chefs parmi eux».(111)

3- Les Hadîth précités impliquent la présence de l'un des douze à toutes les époques et tant que la Religion existe, et ce jusqu'a l'occurrence de l'Heure. En effet "Çahîh Muslim" rapporte, dans le même chapitre précité (note 72), un hadîth explicite à cet égard:

«Cette affaire (le califat ou la succession) demeurera au sein de Quraych même s'il ne restait dans le monde que deux personnes».

Or ceci est tout à fait conforme à la croyance du Chî'isme qui veut que le Douzième Imam, l'Imam al-Mahdî soit toujours vivant et qu'il réapparaisse forcément à la Fin des Temps pour remplir la terre de justice et d'équité, de même qu'elle aura été pleine d'injustice et de tyrannie, comme l'a annoncé le Noble Prophète (P).

Notons que personne n'ignore que les uléma sunnites ne se sont jamais accordés sur les noms des "Douze Califes" mentionnés dans les hadîths authen-tiques qu'ils rapportent eux-mêmes, au point que certains d'entre eux ont été obligés d'impliquer dans ce chiffre les noms de Mu'âwiyah, Marwân, 'Abdul-Malik et 'Omar Ibn 'Abdul-'Azîz pour compléter le quota de douze.(112)

Mais une telle interprétation des "Douze Califes" ne tient pas debout et ne concorde pas avec le texte du Hadîth, car elle couvre la période allant jusqu'à l'époque de 'Omar Ibn 'Abdul-'Aziz, alors que le Hadîth dit clairement que la Religion existera avec leur existence jusqu'à l'avènement de l'Heure.

Donc les hadîths de "Douze Califes" demeurent inexplicables tant qu'on ne les applique pas sur les Douze Imams d'Ahl-ul-Bayt et la survie du dernier d'entre eux, l'Imam al-Mahdî. Car si on l'applique aux califes quraychites (Omayyades et Abbassides) qui se sont succédé effectivement au Pouvoir, on se heurte au fait que leur nombre était plusieurs fois le double du chiffre de 12 indiqué dans les Hadîth concernés. De plus ils ont tous péri d'une part, et aucun d'entre eux n'a été désigné par la Volonté divine, selon l'unanimité des Musulmans.

Écoutons ce que dit à cet égard le Traditionniste hanafite al-Qandûzî:

«Selon certains chercheurs (Mohaqqiqîn), les hadîths indiquent que les Califes après le Prophète (P) sont notoirement connus grâce aux nombreuses chaînes de transmission qui les ont rapportés. Et si l'on tient compte du temps, de l'univers et du lieu, on comprend de ces Hadîths qu'ils visent "les douze Imams, faisant partie de la Famille et de la Progé-niture du Prophète (P)". Car on ne saurait les appliquer à ses Compagnons(113) qui ont accédé au califat, leur nombre étant inférieur à douze, ni aux rois omayyades, leur nombre étant supérieur à douze d'une part, et en raison de leur injustice flagrante - 'Omar Ibn 'Adul-'Aziz, mis à part - d'autre part; et enfin parce qu'ils ne sont pas issus de Banî Hâchim, alors que le Prophète (P), avait précisé: "Ils appartiendront tous aux Banî Hâchim", selon le récit de 'Abdul-Malek rapportant le témoignage de Jâber (...). On ne saurait les appliquer non plus aux rois abbassides, leur nombre étant là encore supérieur au chiffre fixé (...). Ce qui corrobore, cet avis (ce sont les douze Imams d'Ahl-ul-Bayt qui sont désignés par lesdits Hadîth), c'est Hadîth al-Thaqalayn».(114)

Rappelons enfin, et c'est très important, ce que son Éminence Mohammad Bâqer al-Sadr a souligné dans le Livre 1 de cet ouvrage, à savoir que le Hadîth du Prophète sur les Douze Califes, dans toutes ses variantes, avait été rapporté et enregistré dans les Corpus de hadîth (les Çihâh) chronologiquement avant que ne s'achève le cycle de douze Imams d'Ahl-ul-Bayt. Il n'est donc nullement le reflet d'une réalité vécue, mais plutôt l'expression d'une vérité divine annoncée par celui "qui ne prononce rien sous l'effet de la passion"(115) et qui ne fait que transmettre la Parole d'Allah, le Prophète (P), en affirmant: «Les Califes après moi seront au nombre de douze», afin que les gens qui ont le privilège d'être bien guidés constatent la concrétisation de cette vérité dans la réalité historique qui a commencé avec l'Imam 'Alî et qui se termine par l'accession de l'Imam al-Mahdî à l'Imamat, c'est-à-dire à la succession légitime du Noble Prophète. Telle est la seule application plausible et logique de ce Hadîth.

Et voici les reférences:

107. "Çahîh al-Bukhârî", 4/164, "Kitâb al-Ahkâm", Bâb al-Istikhlâf. Le même témoignage est cité également par al-Çadûq dans "Kamâl al-Dîn", 1/272/19 et dans "Al-Khiçâl", 2/469 et 475.

108. "Çahîh Muslim", 2/19; "Kitâb al-Imârah", Bâb al-Nâs Tabi' Quraych (rapporté selon 9 chaînes de transmetteurs).

109. "Musnad AHMAD", 5/90, 93, 97, 100, 106, 107. Il est cité également par Al-Çadûq dans "Kamâl al-Dîn", 1/270/16.

110. "Al-Khilâfah Wa-l-Mulk" (Le Califat et le Royaume), Abû-l-A'lâ al-Mawdûdî, Dâr al-Qalam, Kuwait, 1978-1398 H.

111. Sourate al-Tawbah: 5/12

112. Voir à ce sujet: "Kitâb al-Sulûk li-Ma'rifat al-Dewal wa-l-Mulûk" d'al-Maqrîzî, 1/13-15, Première Partie; Ibn Kathîr, dans le tafsîr (interprétation) du 12e verset de la Sourate al-Mâ'idah; "Al-Hâwî li-l-Fatâwâ", 2/85; "Charh al-Hâfidh Ibn al-Qayyim 'Alâ Sunan Abî Dâwûd, 11/263, Charh Hadîth 4259 etc ...

113. Ils s'agit d'Abû Bakr, 'Omar, 'Othman et 'Alî. (NDT)

114. "Yanâbî' al-Mawaddah", 3/105, Bâb (Section) 77.

115. Verset coranique parlant du Prophète (P), Sourate al-Najm, 53:3
 
 
 
 
Réponse aux Pseudo-Arguments des Chiites
!
!
 
Essalâmou aleykoum
 
[...]

Citation


Je tiens a vous reproduire ici bas, par souci d'objectivité, que les hadîths du Prophète (P), notoirement connus, largement diffusés et universellement admis sur les "Douze Califes", bien que ces hadîths, dans la version présentée, soient vagues et sujets à diverses interprétations, du moins lorsqu'on les juge sur les apparences.



Comme je l'ai montré plus haut excepté le nombre douze qui apparaît dans ces hadiths ils n'ont absolument rien avoir avec les douze imams désignés par les imamites duodécimains et ils ne peuvent surement pas s'appliquer sur eux.

Citation


Les Hadîths du Prophète sur les «Douze Califes-Successeurs»

Al-Bukhârî a rapporté le témoignage suivant de Jâbir Ibn Samrah: «J'ai entendu le Prophète (P) dire: "Il y aura douze Amîrs ..." et d'autres mots que je n'ai pas pu entendre. Mon père m'a informé alors qu'il avait dit "ils seront tous issus de Quraych"»(107)



Déjà ce hadith les désigne comme emirs c'est-à-dire que c'est eux qui ont le pouvoir chose que n'avaient pas les imams désignés par les duodécimains et il ne précise pas qu'ils sont de Ahlul bayt alors qu'il aurait dû le préciser comme je l'avais expliqué plus haut. Donc ce texte ne peut pas s'appliquer à eux.

Citation


Selon "Çahîh Muslim", le Prophète (P) a dit:

«La Religion se maintiendra jusqu'à l'arrivée de l'Heure ou jusqu'à ce que Douze Califes, issus tous de Quraych, vous eussent dirigés».(108)



Ce hadith ne s'applique certainement pas aux douze imams désignés par les duodécimains qui n'avaient pas le pouvoir et n'ont pas dirigés les musulmans ! Et les imamites croient qu'à l'époque des onze imams la religion n'était pas maintenue puisque la désignation de ces imams au pouvoir fait partie de la religion et elle n'a pas été respecté !

Citation


"Musnad Ahmad", cite le témoignage suivant de Masrûq: «Nous étions assis chez 'Abdullâh Ibn Mas'ûd qui récitait le Coran. Un homme demanda alors à ce dernier: «Ô Abû 'Abdul-Rahmân! N'avez-vous jamais demandé au Messager d'Allah (P) combien de Califes vont régner sur cette Umma?» 'Abdullâh Ibn Mas'ûd a répondu: «Personne, avant toi, ne m'a posé cette question depuis que je suis venu en Irak». Et d'ajouter: «Si! nous l'avons posée au Messager d'Allah (P) et il y a répondu: "Douze, comme le nombre des Chefs (noqabâ') de Banî Isrâ'îl"».(109)



Là aussi il s'agit de Califes qui regneront sur la Oumma ! Or les imams désignés par les imamites n'ont pas régné sur la oumma!!! Donc ce n'est sûrement pas d'eux que ce hadith parle.

Pour les arabophones, vous pouvez lire au lien suivant (cliquez ici) le sens de ces hadiths chez Ibn Hajar et vous verez qu'il ne lui est même pas venu à l'espris qu'ils peuvent s'agir des douze imams des imamites.

Citation


Il ressort de cette série de hadîths admis unanimement par les sources sunnites et chî'ites, ce qui suit:

1- Le nombre de "Calife ou d'Émirs" qui ont la charge de la Umma (la Communauté musulmane) après la disparition du Prophète (P) et jusqu'à la fin des Temps, est douze et ils sont tous issus de Quraych.



Excepté le troisième hadith qui comme on l'a vu ne peut certainement pas s'appliquer à la liste des douze imams dressée par les duodécimains pas et qui ne se trouve pas dans les deux authentique et qui est loin d'être admis unanimement comme il est prétendu plus haut puisque l'Imam Ibn Al Jawzi pense qu'il n'a pas été bien rapporté (voir la source arabe que j'ai donnée), les autres ne limitent pas le nombre de Califes qui règneront à douze! Ils ne font que spécifier douze parmi ces Califes. Et s'ils ont été spécifiés c'est pour une raison particulière du fait qu'ils soient des Califes droits qui ont su gouverner la oumma correctement et que leur Califa était telle que celle des Califes bien guidés.

Citation


Ceci est conforme à la croyance du Chî'isme qui veut que les seuls successeurs légitimes du Prophète (P) soient ses Douze Descendants, les Douze Imams d'Ahl-ul-Bayt (p), dont le douzième est l'Imam al-Mahdî, occulté et toujours vivant jusqu'à la Fin des Temps.



Et pourtant la grande référence imamite duodécimain Es-Sadouq dit dans son livre "Ikmâlu ed-Dîne" p.77 (cliquez ici)

إن عدد الائمة عليهم السلام اثنا عشر والثانى عشر هو الذي يملا الارض قسطا وعدلا، ثم يكون بعده مايذكره من كون إمام بعده أوقيا م القيامة ....

Que je traduis par: "Le nombre des imams est de douze et le douzième imam est celui qui remplira la terre de justice et équité puis il se passera après lui ce qu'il dira soit il y aura un imam après lui soit l'heure viendra..."

Donc pour Es-Sadoûq qui est l'auteur d'un des quatre livres de base de l'imamisme, les successeurs légitimes ne sont pas restreint à douze et il n'est pas exclu que le douzième imam désigne quelqu'un après lui et d'autres imams lui succèderont!!!

Citation


Certes, on peut objecter que l'expression "Émirs ou Califes" ne s'applique pas à la réalité des Douze Imams, lesquels, à l'exception de l'Imam 'Alî, n'ont pas accédé au pouvoir. Mais, la réfutation de cette objection est simple et évidente: le Prophète (P) a désigné par "Califes ou Émirs" ceux qui sont dignes de lui succéder ou qui méritent légitimement le pouvoir et sa succession, et non point ceux qui, à l'instar de Yazîd, Marwân ou Mu'âwiyah, ont transformé le Califat-Bien-Dirigé en monarchie héréditaire et qui au lieu de se plier aux exigences de la Charî'ah ont plié celle-ci aux caprices de leur règne et de leur pouvoir, comme l'a bien démontré, l'une des figures de proue du Sunnisme moderne, Abû-l-A'lâ al-Mawdûdî, dans son excellent livre "Al-Khilâfah wa-l-Mulk".(110)



Une tentative qui a malheureusement pour lui échoué! Ces Califes regneront bel et bien comme il a été explicitement dit dans ces hadith et non pas que c'est eux qui devraient régner !

Citation


Si les Imams d'Ahl-ul-Bayt ont été systématique-ment écartés du pouvoir, ils n'ont pas moins exercé leur fonction de diriger spirituellement leurs adeptes, de transmettre les enseignements authentiques du Prophète (P), d'attirer l'attention de la Umma chaque fois que le pouvoir califal commettait une entorse évidente à la Charî'ah.



Oui, mais ce n'est pas de cela que parle ces hadith mais de Califes qui gouvernent la oumma.

Citation


2- Ces douze Chefs sont désignés par Allah puisque le Hadîth les compare aux "Douze Chefs de Banî Isrâ'îl" choisis par la Volonté divine, comme l'affirme le Coran: «Allah a contracté une alliance avec les Banî Isrâ'îl et Nous avons suscité douze chefs parmi eux».(111)



Il y a une sérieuse difficulté de compréhension chez l'auteur de ce texte. Le hadith ne les compare pas aux douze chefs de Bani isrâ'îl mais ne fait que comparer le nombre. Ils sont au nombre de douze tout comme les noqabâ étaient au nombre de douze. Et non pas qu'ils sont comme les douze noqabâ des banî isrâ'îl ! Cette comparaison même les imamites ne la disent pas !

D'autre part, il ne peut pas les comparer aux douze chefs des banî isrâ'il puisque ceux-là étaient tous en même temps et ils ne se succédaient pas alors que les douze Califes ne gouvernent pas au même moment et les douze imams des duodécimains ne sont pas imams en même temps mais chacun succède à l'autre.

Aussi, les douze noqabâ des banî isrâ'il étaient pris de sorte que toutes les familles des banoû isrâ'îl soient représentées et il n'y avait pas deux naqîb qui étaient de la même famille! Si on devait comparer ces Califes aux douze noqabâ ils ne devraient pas être tous de la même famille et donc qu'un seul des ahlul bayt et les autres des autres familles de Qoraych!

Je passe sur d'autres imprécisions!

Citation


3- Les Hadîth précités impliquent la présence de l'un des douze à toutes les époques et tant que la Religion existe, et ce jusqu'a l'occurrence de l'Heure. En effet "Çahîh Muslim" rapporte, dans le même chapitre précité (note 72), un hadîth explicite à cet égard:

«Cette affaire (le califat ou la succession) demeurera au sein de Quraych même s'il ne restait dans le monde que deux personnes».

Or ceci est tout à fait conforme à la croyance du Chî'isme qui veut que le Douzième Imam, l'Imam al-Mahdî soit toujours vivant et qu'il réapparaisse forcément à la Fin des Temps pour remplir la terre de justice et d'équité, de même qu'elle aura été pleine d'injustice et de tyrannie, comme l'a annoncé le Noble Prophète (P).



Voir ce qui a été dit plus haut.

Citation


Notons que personne n'ignore que les uléma sunnites ne se sont jamais accordés sur les noms des "Douze Califes" mentionnés dans les hadîths authen-tiques qu'ils rapportent eux-mêmes, au point que certains d'entre eux ont été obligés d'impliquer dans ce chiffre les noms de Mu'âwiyah, Marwân, 'Abdul-Malik et 'Omar Ibn 'Abdul-'Azîz pour compléter le quota de douze.(112)



Il n'y a pas autant de divergence chez les sunnite pour comprendre qui a voulu désigner le prophète salla ellâhou aleyhi wa sallam et ce n'est pas vital pour de savoir qui sont-ils comme il y a eu de divergence entre les imamites pour connaître leurs imams. Il suffit de consulter les ouvrages imamites sur les différentes sectes imamites pour voir qu'à chaque fois qu'un imam mourait les imamites se divergeaient entre eux sur la désignation de celui qui doit lui succéder ! Lisez par exemple "firaq echî'ah" de l'imamite duodécimain en-Nawbakhti, on y apprend par exemple que:
  • Lorsque le premier Imam Ali est mort les imamites (qui n'étaient rien d'autre que les saba'âit) se sont partagés en trois groupes:
    1- (p.19) L'une a prétendu qu'il n'est pas mort et il ne mourra jusqu'à ce qu'il remplira la terre de justice et d'équité 2- (p.20) Une autre a prétendu que l'imam après lui c'est son fils Mohammed Ibn Al Hanafiyyah 3- (p. 21) Une autre a prétendu que c'était son fils al Hassan puis son frère al-Husseyn 'alayhimou essalâm.
  • Lorsque le troisième Imam al-Husseyn a été tué, les imamites se sont partagés en plusieurs groupes: 1- (p.23) Une a prétendu que l'imam après al-Husseyn était Mohammed Ibn al-Hanafiyyah 2- (p.24) une autre a dit que ni al-Hassan ni al-Husseyn n'étaient imams et que l'imam le Mahdi était Mohammed Ibn al-Hanafiyyah et qu'al-Hassan et al-Husseyn agissaient suivant les consignes d'Ibn al-Hanafiyyah. 3-Une autre a dit que l'Imam après lui est son fils Ali. 4- (p.48) Un groupe a dit l'Imamat s'est arrêtée à al-Husseyn 5-Un groupe a dit que l'imamat est restée dans la descendence d'al-Hassan et al-Husseyn et ne sort pas d'eux.

    Bien sur lorsque Mohammed Ibn al-Hanafiyyah étaient mort les imamites qui croyaient en lui s'étaient partagés en plusieurs groupes etc...
  • Lorsque le quatrième Imam Ali fils d'al-Husseyn est mort ils se sont ussi partagé après lui et certains ont dit que l'imam après lui est son fils Mohammed et d'autres Zayd etc...
  • Lorsque le cinquième Imam Mohammed al-Bâqir est mort les imamites qui croyaient en son imamat se sont partagés en deux groupes: p.53 Un groupe a désigné après lui son cousin Mohammed en-Nafs ez-Zakiyyah qui s'était révolté et qu'il n'était pas mort et que c'est le mahdi et un groupe a désigné l'Imam Ja'far Es-Sâdiq.

    Je passe sur beaucoup d'autres divergences.
  • Lorsque le sixième Imam Ja'far Ibn Mohammed Es-Sâdiq est mort, les imamites se sont partagés en six groupes!!! (p.57) 1-L'une a dit il n'est pas mort et c'est lui le Mahdi 2- L'Imam après lui est son fils Isma'îl et ils ont nié le fait qu'il soit mort durant la vie de son père et qu'il soit occulté et que c'est lui le mahdi (ce sont des ismaelites) 3- L'Imam après Jâfar est son petit fils Mohammed fils d'Ismael 4-L'Imam après Jafar est son fils Mohamed 5- L'Imam après Ja'far est son fils Abdullah al aftah (Les fathiyyah) puis vers son frère Moussa 6- L'Imam après Ja'far est son fils Moussa al Kâzim.
  • Lorsque le septième Imam Moussa al Kâzim est mort à la prison d'Ar-Rachid les imamites se sont partagés en cinq groupes (p. 67): 1- L'imam après lui est son fils 'Ali Er-Rizâ (al qat'iyyah) 2- Moussa al Kâzim n'est pas mort est il s'est occulté et c'est lui le Mahdi. etc...
  • Lorsque le huitième Imam Ali Er-Rizâ est mort son fils Mohamed n'avait que sept ans!!! et les imamites se sont partagés en groupes (p.72): 1- L'Imam après lui est son fils Mohammed 2- L'Imam après Ali est son frère Ahmad 3- Sont revenus sur l'Imamat de Ali et se sont arrêtés à son père Moussa etc...

    Et le fait que Mohammed n'avait que sept ans a suscité chez les imamites beaucoup de divergences sur son savoir d'où le tient-ils d'autant plus que son père l'a quitté alors qu'il n'avait que quatre ans (p.74) !!! Alors nos imamites duodécimains qui prétendent que les ahlul bayt à partir de Mohammed rapportent les hadiths de leurs pères peuvent toujours espérer ! Parce que dans cette chaîne se trouve un qui aurait écouté le hadith de son père alors qu'il n'avait quatre ans ou moins !

    D'ailleurs lorsqu'on lit la biographie de ces imams on voit que les premiers Ali, al-Hassan et Al Husseyn étaient d'éminents compagnons du prophète qui n'ont rien à voir avec les imamites qui n'existaient pas vraiment à leur époque et n'étaient qu'une petite poignée qui oeuvraient en cachette (à ne pas confondre avec les chiites). Puis viennent d'éminents savants au même titre que les grands savants de leur époque : Ali, Mohammed et Jâfar. Puis viennent des savant qui sont eux aussi éminents mais ne sont pas du même calibre que les grands savants de leurs époques tels l'Imam Ech-Châfi'i et d'autres et ceux-là sont Moussa et Ali. Puis à partir de Mohammed leur savoir a nettement diminué par rapport à leur parents comme l'attestent les grands historiens tel l'Imam Edh-Dhahabi et d'autres. Et ceci est probablement dû à cette coupure entre Mohammed qui n'avait que quatre la dernière fois qu'ila vu son père Ali et qu'il ne pouvait pas par conséquent apprendre de lui.
  • Lorsque le neuvième imam Mohammed est mort à l'age de vingt cinq ans les imamites se sont partagés en deux groupes (p.77) 1- L'imam après lui est son fils Ali 2-L'Imam après lui est son fils Moussa puis ils sont revenu sur cette avis et ont rejoint le premier groupe.
  • Lorsque le dixième Imam Ali est mort les imamites se sont partagés en trois groupes(p.77-78): 1- Ceux qui ont désigné son fils Mohammed qui était mort avant son père et ils ont prétendu qu'il n'était pas mort et qu'il s'est occulté 2- Ceux qui ont désigné son fils al-Hassan al-'Askari 3- Ceux qui ont désigné son fils Ja'far que les duodécimains surnomment le menteur.
  • En-Nawbakhti nous apprend dans son livre (p.79), lui qui a vécu cette époque tout comme d'autres historien tel l'Imam Tabari, que lorsque le onzième imam al-Hassan al-'Askari est mort il n'a laissé aucun enfant (En-Nawbakhti précise: apparent). Ce qui a fait que les imamites se sont partagés après al-Hassan en quatorze groupes comme je l'avais expliqué plus haut !


Sans parler de toutes les divergences qu'il y a eu pour la désignations des soufarâ ambassadeurs de ce prétendu douzième imam !

Cela vous donne alors une idée des divergences qui existaient au sein même de l'imamisme comme nous le rapporte l'une des plus anciennes sources imamite, un contemporain du onzième imam et qui a vécu à la période de la prétendue petite occultation. Cela vous donne une idée sur toutes les magouilles qui existaient à cette époque et que ce que vous voyez aujourd'hui de l'imamisme n'est rien d'autre que le fruit de toutes ces divergences et là j'ai résumé ! Alors essayer de faire croire aux lecteurs que les imamites ont de tout le temps étaient d'accord entre eux sur la désignation des imams qui est le fond même de leur croyance alors que les sunnites ont divergé entre eux sur l'identité des douze Califes désignés dans le hadith du prophète salla ellâhou 'alayhi wa sallam qui n'est somme toute qu'une question de simple curiosité. C'est en quelques sorte inverser modifier les réalités. Et même si les sunnites ont divergés sur certains Califes et ils ne se sont pas tous prononcés, ils ont étaient tous d'accord sur le fait que les quatre premiers Califes en faisaient partie.

Citation


Écoutons ce que dit à cet égard le Traditionniste hanafite al-Qandûzî:

«Selon certains chercheurs (Mohaqqiqîn), les hadîths indiquent que les Califes après le Prophète (P) sont notoirement connus grâce aux nombreuses chaînes de transmission qui les ont rapportés. Et si l'on tient compte du temps, de l'univers et du lieu, on comprend de ces Hadîths qu'ils visent "les douze Imams, faisant partie de la Famille et de la Progé-niture du Prophète (P)". Car on ne saurait les appliquer à ses Compagnons(113) qui ont accédé au califat, leur nombre étant inférieur à douze, ni aux rois omayyades, leur nombre étant supérieur à douze d'une part, et en raison de leur injustice flagrante - 'Omar Ibn 'Adul-'Aziz, mis à part - d'autre part; et enfin parce qu'ils ne sont pas issus de Banî Hâchim, alors que le Prophète (P), avait précisé: "Ils appartiendront tous aux Banî Hâchim", selon le récit de 'Abdul-Malek rapportant le témoignage de Jâber (...). On ne saurait les appliquer non plus aux rois abbassides, leur nombre étant là encore supérieur au chiffre fixé (...). Ce qui corrobore, cet avis (ce sont les douze Imams d'Ahl-ul-Bayt qui sont désignés par lesdits Hadîth), c'est Hadîth al-Thaqalayn».(114)



Ce Qandûzî auteur de "yanabî' al mawaddah" n'a rien de sunnite et il ne jouit d'aucune place importante chez les sunnites. Ce n'est qu'un personnage marginal et ce sont les imamites qui publient ses livres et ce sont eux qui le gonflent le faisant passer pour un sunnite. Sinon trouvez moi un sunnite reconnu qui s'est appuyé sur ses ouvrages et la considéré comme une référence sunnite. Et rien qu'à lire ce témoignage pour voir que c'est plutôt un imamite qui parle et non un sunnite. Comparez ce qu'écrit Ibn Hajar qui est incontestablement sunnite et qui regroupe et discute les avis des sunnites et ce Qandûzi qui répète les croyances des imamites. Le contraste n'est pas facile à remarquer.

Citation


Rappelons enfin, et c'est très important, ce que son Éminence Mohammad Bâqer al-Sadr a souligné dans le Livre 1 de cet ouvrage, à savoir que le Hadîth du Prophète sur les Douze Califes, dans toutes ses variantes, avait été rapporté et enregistré dans les Corpus de hadîth (les Çihâh) chronologiquement avant que ne s'achève le cycle de douze Imams d'Ahl-ul-Bayt. Il n'est donc nullement le reflet d'une réalité vécue, mais plutôt l'expression d'une vérité divine annoncée par celui "qui ne prononce rien sous l'effet de la passion"(115) et qui ne fait que transmettre la Parole d'Allah, le Prophète (P), en affirmant: «Les Califes après moi seront au nombre de douze», afin que les gens qui ont le privilège d'être bien guidés constatent la concrétisation de cette vérité dans la réalité historique qui a commencé avec l'Imam 'Alî et qui se termine par l'accession de l'Imam al-Mahdî à l'Imamat, c'est-à-dire à la succession légitime du Noble Prophète. Telle est la seule application plausible et logique de ce Hadîth.



Le problème avec Bâqir Es-Sadr est qu'il n'a fourni dans son livre sur le mahdi aucun argument historique sérieux prouvant la naissance de ce douzième imam. Il déduit sa naissance du nombre douze qui apparaît dans ces hadiths qui comme on l'a vu ne s'appliquent nullement aux imams des imamites. Il essaye de donner des arguments soi disant rationnel (sic!) et depuis quand on prouve qu'un tel a eu un enfant d'une façon rationnelle sans qu'on n'ait la moindre trace de cet enfant !

Donc, comme je l'ai dit plus haut, il faut d'abord prouver que les douze imams ont tous réellement existé et donc qu'on ne s'est pas inspiré sur ce hadith pour l'inventer pour pouvoir après se servir de ces hadiths. Et non l'inverse comme le fait Baqir Essadr !

Wa salam

 

Publié dans Leurs Preuves ...

Commenter cet article