`Aïcha

Publié le par AbouAyman

  `Aïcha

(Radhi Allahu `Anha)
 
 
Ibn al-Quayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit ce qui suit :
 
Extrait de Djalaa al-Afham, p. 237-241
 
Aïcha a eu entre autres privilèges ce qui suit :

- Elle fut l’épouse préférée du messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) comme cela a été rapporté par al-Boukhari et d’autres. Quand on lui a demandé la personne qui lui a été la plus chère, il dit : c’est Aïcha. Et quand on lui a demandé l’homme qui lui était le plus cher, il dit : « son père » (Abou Bakr) ;


- Elle fut la seule femme vierge épousée par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui)

- Elle était la seule il lui arrivait de partager une couverture avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) au moment où il recevait la révélation divine.

- Quand Allah le Puissant et Majestueux révéla au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) le verset dans lequel les femmes du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) étaient invitées à choisir soit de rester avec lui, soit de le quitter, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) commença par elle et lui dit : « Ne te précipite pas avant de consulter tes parents ». Elle lui répondit : « Irai-je consulter mes parents pour ça ? En fait, je préfère Allah, Son messager et la demeure dernière. » Les autres femmes du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) suivirent son exemple et dirent la même chose.

- Allah le Transcendant a déclaré son innocence par rapport aux accusations lancées contre elle par les auteurs du Mensonge, et une révélation divine vint expliquer son excuse et son innocence et elle est encore lue sur les chaires des musulmans et dans leurs prières, et le restera jusqu’au jour de la Résurrection. Allah a attesté qu’elle est bonne et lui a promis le pardon et une généreuse subsistance et a affirmé que le mensonge dit à son détriment se transforma en bien pour elle et que ce qui fut dit n’était pas un mal pour elle et ne pouvait pas lui donner un défaut ni abaisser son grade. Bien au contraire, Allah a hissé son rang et augmenté son prestige et lui a donné une bonne réputation et l’a innocentée aussi bien sur terre qu’au ciel. Quelle belle prouesse !

- Les grands compagnons avaient recours à elle quand une affaire religieuse ne leur était pas claire, et ils la trouvaient bien informée;

- Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) décéda dans sa chambre pendant son tour et dans ses bras, et il fut enterré dans sa chambre;

- L’Ange montra son portrait au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) enveloppé dans un tissu en soie avant son mariage avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). C’est alors que ce dernier dit : « S’il en est ainsi, auprès d’Allah, Il le réalisera »;

- Les gens choisissaient le jour de son tour pour apporter leurs cadeaux au Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) afin de mieux lui faire plaisir ; ils voulaient lui apporter ce qu’il aimait le plus auprès de son épouse préférée. Puisse Allah agréer toutes ses femmes.
 
Extrait du livre "Elfawa'id" de l'imam Ibn Elkaym (r.a.) page : 71 :

فعلمت قريش أن أصحابه قد كثروا وأنهم سيمنعونه فاعلمت آراءها في استخراج الحيل فمنهم من رأى الحبس ومنهم من رأى النفي ثم اجتمع رأيهم على القتل فجاء البريد بالخبر من السماء وأمره أن يفارق المضجع فبات علي مكانه ونهض الصديق لرفقة السفر

فلما فارقا بيوت مكة اشتد الحذر بالصديق فجعل يذكر الرصد فيسير أمامه وتارة يذكر الطلب فيتأخر وراءه وتارة عن يمينه وتارة عن شماله

الي أن انتهيا الى الغار فبدأ الصديق بدخوله ليكون وقاية له ان كان ثم موذ وأنبت الله شجرة لم تكن قبل فأظلمت المطلوب وأضلت الطالب وجاءت عنكبوت فحازت وجه الغار فحاكت ثوب نسجها علي منوال الستر فاحكمت الشقة حتى عمى على القائف المطلب وأرسل حمامتين فاتخذتا هناك عشا جعل على أبصار الطالبين غشاوة وهذا أبلغ في الاعجاز من مقاومة القوم بالجنود

فلما وقف القوم على رؤوسهم وصار كلامهم بسمع الرسول والصديق قال الصديق وقد اشتد به القلق يا رسول الله لو أن أحدهم نظر الي ما تحت قدميه لابصرنا تحت قدميه فقال رسول الله يا أبا بكر ما ظنك باثنين الله ثالثهما لما رأى الرسول حزنه قد اشتد لاكن علي نفسه قوي قلبه ببشارة لا تحزن ان الله معنا فظهر سر هذا الاقتران في المعية لفظا كما ظهر حكما ومعنى اذا يقال رسول الله وصاحب رسول الله فلما مات قيل خليفة رسول الله ثم انقطعت اضافة الخلافة بموته فقيل أمير المؤمنين

فاقاما في الغار ثلاثا ثم خرجا منه ولسان القدر يقول لتدخلنها دخولا لم يدخله أحد قبلك ولا ينبغي لاحد من بعدك فلما استقلا علي البيداء لحقهما سراقة بن مالك فلما شارف الظفر أرسل عليه الرسول سهما من سهام الدعاء فساخت قوائم فرسه في الارض الى بطنها فلما علم انه لا سبيل له عليهما أخذ يعرض المال علي من قد رد مفاتيح الكنوز ويقدم الزاد الي شبعان أبيت عند ربي يطعمني ويسقيني

كان تحفة ثاني اثنين مدخرة للصديق دون الجميع فهو الثاني في الاسلام وفي بذل النفس وفي الزهد وفي الصحبة وفي الخلافة وفي العمر وفي سبب الموت لان الرسول مات عن أثر السم وأبو بكر سم فمات

اسلم على يديه من العشرة عثمان وطلحة والزبير وعبد الرحمن بن عوف وسعد بن أبي وقاص وكان عنده يوم أسلم أربعون الف درهم فانفقها أحوج ما كان الاسلام اليها فلهذا اجلبت نفقته عليه ما نفعنى مال ما نفعنى مال أبي بكر فهو خير من مؤمن آل فرعون لان ذلك كان يكتم ايمانه والصديق اعلن به وخير من مؤمن آل ياسين لان ذلك جاهد ساعة والصديق جاهد سنين

عاين طائر الفاقة يحوم حول حب الإيثار ويصيح من ذا الذى يقرض الله قرضا حسنا فألقى له حب المال علي روض الرضا واستلقى على فراش الفقر فنقل الطائر الحب الى حوصلة المضاعفة ثم علا على افنان شجرة الصدق يغرد

ذكره نار كلما تليت فضائله علا عليهم الصغار أتري لم يسمع الروافض الكفار ثانى اثنين اذ هما فى الغار

دعى الي الاسلام فما تلعثم ولا أبى وسار علي المحجة فما زل ولا كبا وصبر فى مدته من مدى العدى علي وقع الشبا واكثر فى الانفاق فما قلل حتى تخلل بالعبا تالله لقد زاد علي السبك فى كل دينار دينار ثاني اثنين إذ هما فى الغار

من كان قرين النبي في شبابه من ذا الذي سبق إلي الإيمان من أصحابه من الذى أفتى بحضرته سريعا في جوابه من أول من صلي معه من آخر من صلى به من الذي ضاجعه بعد الموت فى ترابه فاعرفوا حق الجار

نهض يوم الردة بفهم واستيقاظ وأبان من نص الكتاب معنى دق عن حديد الالحاظ فالمحب يفرح بفضائله والمبغض يغتاظ حسرة الرافضي أن يفر من مجلس ذكره ولكن أين الفرار

كم وقى الرسول بالمال والنفس وكان أخص به فى حياته وهو ضجيعه فى الرمس فضائله جليلة وهى خلية عن اللبس ياعجبا من يغطى عين ضوء الشمس في نصف النهار لقد دخلا غارا لا يسكنه لابث فاستوحش الصديق من خوف الحوادث فقال الرسول ما ظنك باثنين والله الثالث فنزلت السكينة فارتفع خوف الحادث فزال القلق وطاب عيش الماكث فقام مؤذن النصر ينادى على رؤوس منائر الامصار ثاني اثنين اذ هما فى الغار

حبه والله رأس الحنيفة وبغضه يدل على خبث الطوية فهو خير الصحابة والقرابة والحجة على ذلك قوية لولا صحة مامته ما قيل ابن الحنيفة مهلا فأن دم الروافض قد فار

والله ما أحببناه لهوانا ولا نعتقد في غيره هوانا ولكن أخذنا بقول على وكفانا رضيك رسول الله لديننا أفلا نرضاك لدنيانا تالله لقد أخذت من الروافض بالثار

تالله لقد وجب حق الصديق علينا فنحن نقضي بمدائحه ونفر بما نقر به من السنى عينا فمن كان رافضيا فلا يعد الينا وليقل لي أعذار

Le Mariage du Prophète (`Aleyhi Salat wa Salam) avec `Aïcha (r.a.)
 
 
Question :

La plupart des Hadîths mentionnent le mariage du Prophète Muhammad (sur lui la paix) avec Aicha lorsque celle-ci était très jeune. J'aimerais savoir pourquoi un mariage si précoce pour Aicha ? Certains détracteurs de l'islam sont même partis y trouver de quoi dire que le Prophète était pédophile (wal-'iyâdhu billâh). Alors moi je m'interroge : le mariage avec notre Prophète, sur lui la paix, n'a-t-il pas eu des conséquences physiques et / ou psychologiques sur la petite Aicha ?


Réponse :

Les critères diagnostiques définissant la pédophilie et formulés par l'Association américaine de psychiatrie dans le DSM-IV sont les suivants (gracieusement transmis par Amine Rezzag) : il s'agit de fantaisies ou de pulsions sexuelles ou de comportements impliquant des enfants pré pubères habituellement 13 ans et moins) qui entraînent une excitation sexuelle. Ces stimulations peuvent devenir nécessaires à l'obtention de l'excitation sexuelle. Les symptômes cliniques doivent être intenses et continus pendant une période d'au moins 6 mois. Ce type d'excitation sexuelle est responsable d'une modification de la vie affective, sociale ou professionnelle.

Le prophète Muhammad ne répond aucunement à ces critères.

C'est vrai : Aïcha a commencé à vivre avec le Prophète lorsqu'elle était âgée de neuf ans (rapporté par Al-Bukhârî, n° 3681, Muslim, n° 1422). Mais il faut considérer les choses avec les éléments sociaux de l'époque. D'ailleurs, des détracteurs du Prophète il y en eu même à l'époque, comme les Mecquois idolâtres et les hypocrites de Médine. Et ils ne manquaient pas une occasion de propager des rumeurs contre lui. Quand le Prophète s'est par exemple marié avec Zaynab bint Jahsh, divorcée de Zayd ibn Hâritha – qui avait été adopté par le Prophète – ils ont fait tout un scandale (car ceci était considéré interdit dans l'Arabie pré-islamique). Mais rien n'a été dit à propos de son mariage avec Aïcha.

Et puis il ne faut pas oublier que les gens de l'époque rapportent que Aïcha était développée (rapporté par Abû Dâoûd, n° 3903), enfin que c'est le père de Aïcha, Abû Bakr lui-même, qui a demandé au Prophète de vivre avec sa jeune épouse (Fat'h ul-bârî, tome 7 p. 281). Quant au Prophète, selon Martin Lings (page 160), "il ne paraissait que la moitié de son âge" (alors cinquante-trois ans, ce qui donnerait à peu près vingt-sept ans), ce qui est rapporté par de nombreuses personnes : les témoignages de Compagnons sont très nombreux qui racontent que même plus tard, à l'âge de soixante ans, le Prophète n'avait que quelques fils blancs dans toute sa chevelure et sa barbe (rapporté par Al-Bukhârî). D'ailleurs, quand, à cinquante trois ans, le Prophète arriva à Médine en compagnie de Abû Bakr (de deux ans son cadet), les musulmans qui avaient seulement entendu parler du Prophète vinrent saluer Abû Bakr à sa place : c'est celui-ci qui paraissait être l'homme âgé (bien qu'en fait de deux ans plus jeune que le Prophète).

Si le Prophète avait été pédophile, il ne se serait pas marié à l'âge de 25 ans avec Khadîdja, une femme deux fois veuve et de 15 ans son aînée, qui n'a de surcroît jamais connu de co-épouse ! Et s'il était devenu pédophile après s'être marié avec Aïcha, il ne se serait ensuite marié qu'avec des fillettes. Or, la totalité des femmes qu'il a épousées après que Aïcha ait commencé à vivre avec lui, étaient soit des femmes divorcées soit des veuves. Le Prophète aimait certes Aïcha. Mais pas au point d'avoir oublié sa défunte épouse Khadîdja. Aïcha raconte : "Je n'ai jamais été jalouse d'une autre épouse du Prophète comme j'ai été jalouse de Khadîdja. Je ne l'ai jamais vue mais le Prophète pensait souvent à elle. S'il abattait une chèvre, il en envoyait des morceaux aux amies de Khadîdja. Parfois je disais au Prophète : "C'est comme si dans le monde il n'y avait comme femme que Khadîdja !" Il me répondait : "Elle avait telle et telle qualités. Et nous avons eu des enfants" (rapporté par Al-Bukhârî et Muslim). Une autre fois, Aïcha dit à son époux le Prophète : "Qu'as-tu à penser à une vieille femme parmi les vieilles femmes qurayshites, dont les gencives étaient rouges et qui est déjà morte depuis longtemps. Dieu t'a donné de meilleures femmes qu'elle !" Il répondit : "Dieu ne m'a pas donné de meilleure femme qu'elle…" (rapporté par Al-Bukhârî, Muslim et Ahmad).

Dernier point : Aïcha racontait plus tard comment elle avait été jalouse lorsque le Prophète était vivant. Elle l'avait ainsi suivi une nuit, croyant qu'il allait se rendre chez une autre épouse, alors qu'il se rendait en fait au cimetière pour prier Dieu pour les défunts. Et le Prophète s'aperçut ensuite de sa présence (rapporté par Muslim). Quand une fois une autre épouse du Prophète envoya au Prophète un plat cuisiné alors que le Prophète se trouvait chez Aïcha, elle cassa le plat et le Prophète dut intervenir (rapporté par Al-Bukhârî). Un jour que le Prophète lui dit que si elle venait à mourir quand il était vivant, il prierait sur elle, elle lui fit cette boutade : "Je pense plutôt que tu souhaites que je meure afin que le même jour tu te rendes auprès d'autres épouses." Le Prophète se contenta de sourire à cette réplique (rapporté par Al-Bukhârî et Ahmad). A un moment de la vie du Prophète, il était arrivé un tiraillement entre ce dernier et ses épouses : les épouses du Prophète insistaient sans arrêt pour obtenir de lui plus de facilités matérielles, et le Prophète n'en avait pas. Ces tiraillement répétés avaient poussé le Prophète (sur lui la paix), à prendre du recul par rapport à ses épouses, puis, sur l'ordre de Dieu, à demander à chacune d'elles de se prononcer clairement et librement sur leur volonté de rester mariées avec lui – et de se contenter de ce qu'il pourrait leur donner –, ou de choisir le divorce. Aucune n'a choisi de le quitter. Or, Aïcha faisait partie de ces épouses, et c'est même par elle qu'il commença, en lui demandant de ne pas se presser pour répondre (rapporté par Al-Bukhârî et Muslim). Sont-ce là les propos et les actes d'une femme traumatisée ?

Un Compagnon raconte pour ce qui a trait à la période après la mort du Prophète : "Chaque fois que nous les Compagnons du Prophète nous avions un problème pour comprendre un règlement de l'islam, nous trouvions quelque connaissance à ce sujet auprès de Aïcha" (rapporté par At-Tirmidhî).

Il faut replacer les événements dans leur contexte. Pareil mariage faisait alors partie de la tradition. Et c'est d'ailleurs toujours la tradition dans certains pays aujourd'hui, qui ne sont pas forcément arabes ni musulmans. Le savant musulman Mustafâ as-Sibâ'î précise tout de même que le changement de traditions en la matière doit être pris en compte, et que des pays musulmans ont, au nom des principes mêmes de l'islam, offert au juge musulman la possibilité de refuser de marier un homme âgé avec une femme beaucoup plus jeune que lui s'il lui apparaît après enquête que les motifs de ce mariage ne sont pas conformes à l'éthique (Al-mar'a bayn al-fiqh wal-qânûn).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).
 
 
 
 
كان لها رضي الله عنها منزلة خاصة في قلب رسول الله ، وكان يُظهر ذلك الحب ، ولا يخفيه ، حتى إن عمرو بن العاص ، وهو ممن أسلم سنة ثمان من الهجرة ، سأل النبي صلى الله عليه وسلم ، ( أي الناس أحب إليك يا رسول الله ؟ قال : عائشة قال : فمن : الرجال ؟ قال : أبوها) متفق عليه.
 
 
Amr ibnou Al'ass ra a demandé au Prophète (`Aleyhi Salat Wa Salam) : quelle est la personne la plus cher pour toi Ô envoyé de Dieu ? il a dit : `Aïcha, il a dit et parmi les hommes ? il a dit son père." (Rapporté par Muslim et Bukhari)
 
Le Jugement que mérite celui qui diffame 'Aïcha (r.a.)
 

Question:

Quel est le jugement à appliquer à celui qui diffame Aïcha (p.A.a)?

Réponse:

Louange à Allah.          

          Aïcha et les autres mères des croyants font partie des Compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui), et tout texte interdisant d’insulter les Compagnons s’applique à leur cas.A ce propos Abou Said al-Khoudri (p.A.a) a rapporté que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: « N’injuriez pas mes compagnos, car, quand bien même vous auriez dépensé l’équivalent du mont Uhud en or,vous seriez encore loin de les égaler en mérite » ( rapporté par  Al-Boukhari: Fateh n° 3379)

          En plus, les ulémas sunnites soutiennent unanimement que quiconque accuse Aïcha d’actes dont Allah l’a innocentée est un mécréant menteur, à cause de son innocence déclarée par Allah dans la sourate de la lumière. (Coran,24)

          L’imam Ibn Hazm rapporte d’après Hisham ibn Ammar:  «  j’ai entendu Malick ibn Anas dire: quiconque insulte Abou Bakr et Omar mérite d’être flagellé, et quiconque en fait de même à l’endroit d’Aïcha mérité la mort . » - « Pourquoi la mort dans le cas d’Aïcha? » Lui a-t-on rétorqué.-A quoi il a répondu:  « Parce que le très Haur dit à l’endroit d’Aïcha (p.A.a) :  « . Allah vous exhorte à ne plus jamais revenir à une chose pareille si vous êtes croyants..... » (Coran,24:17).

          Malick a dit: « Quiconque accuse Aïcha ( d’adultère) s’oppose au Coran , et celui agit ainsi mérité d’être tué . »

          Ibn Hazm dit: «  L’avis émis par Malick ici est exact,car il s’agit d’une négation totale de la foi et un démenti à Allah le Très Haut dans son affirmation catégorique de l’ innocence d’Aïcha.

          Abou Bakr ibn al-Arabi dit: «  Des menteurs ont accusé Aïca l’innocente d’avoir commis l’adultère, et Allah l’a innocentée.Quiconque reprend l’accusation après la déclaration divine de son innocence ne fait que démentir Allah et devient de ce fait un mécréant.Voilà la démarche très calire de Malick pour les gens doués de calirvoyance.

          Al-Quadi Iyad dit: « Quiconque continue d’accuser Aïcha après qu’Allah l’ait innocentée est unanimement considéré comme un mécréant.D’aucuns ont rapporté le consensus établi à ce sujet.De nombreux juristes ont clairement formulé des avis dans ce sens. »

          Ibn Abi Moussa dit: « Quiconque continue d’accuser Aïcha (p.A.a) après l’affirmation divine de son innocence s’est complètement écarté de l’Islam de sorte à perdre le droit d’épouser une musulmane . »

          Ibn Qudama dit :  « La Sunna veut qu’on demande à Allah d’agréer les épouses du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) , mères des croyants,femmes chastes, éloignées de tout défaut dont les meillures étaient Khadijda fille de Khouwaylid et Aïcha , La Véridique fille du Véridique,l’innocentée par Allah dans Son livre, l’épouse du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) ici-bas et dans l’au-delà.Quiconque continue de l’accuser après l’affirmation divine de son innocence cesse de croire en Allah l’Incommensurable.

          Al-imam al-Nawawi ( puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit : « L’innocence d’Aïcha de l’accusation portée contre elle fait l’objet d’un texte catégorique du Coran.Quiconque nourrit le moindre doute à ce sujet - à Dieu ne plaise- devient un renégat selon le consensus des musulmans.

          Ibn al-Quayyim ( puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «  La Umma est unanimement de l’avis que tout accusateur d’Aïcha est un mécréant. »

          Al-Hafiz ibn Kathir dit dans son commentaire du Coran: «  Les ulémas soutiennent unanimement que celui qui continue de l’accuser et de l’injurier après l’affirmation contenue dans le verset est un mécréant,car il s’obstine à contredire le Coran.

          Badre ad-Dine Az-Zarkachi dit: «  Quiconque  l’accuse est mécréant à cause de l’affirmation coranique de son innocence. »

          Les propos des ulémas sur le statut de celui qui accuse Aïcha sont fondés sur un certain nombre de preuves parmi lesquelles:

1. La déclaration catégorique de son innocence contenue dans la sourate de la lumière.Quiconque accuse Aïcha de dont elle a été innocentée démentit Allah et commet du coup une mécréance incontestable.

2.Le dénigrement des membres de la famille du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) constitue une atteinte à ce dernier.Or toute atteinte à la personne du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) est unanimement considérée comme un renégation de la foi.Une des preuves du fait que l’accusation portée contre son épouse constitue une atteinte à l’honneur du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) réside dans ce hadith cité par les auteurs des Deux Recueils Authentiques de hadith et dans lequel Aïcha elle-même dit à propos de cette affaire: «  Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) s’est levé et , du haut de sa chaire , a rappelé Abdoullah ibn Oubey à l’ordre et a dit: Communauté musulmane! Lequel d’entre vous va rappeler à l’ordre un homme qui m’a atteint dans ma famille.Au nom d’Allah, je ne connais des miens que du bien,etc » Les propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) «  man ya’dhourouni » signifient : qui va me faire justice de cet homme qui m’a atteint dans ma famille.Ceci prouve que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a ressenti cette accusation comme une atteinte qui justifie une sanction.

          Al-imam al-Qurtoubi dit dans le cadre de son commentaire de la parole du Très Haut: « . Allah vous exhorte à ne plus jamais revenir à une chose pareille si vous êtes croyants..... » (Coran,24:17) : «  Il s’agit ici de « l’affaire Aïcha » qui impliquait une atteinte à l’honneur du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) à travers sa famille, ce qui représente une mécréance de la part de son auteur. »

3. Tout dénigrement d’Aïcha rejaillit sur le Messager d’Allah , car Allah le Transcendant a dit: « Les mauvaises (femmes) aux mauvais (hommes),.» (Coran,24:26) Al-Hafiz ibn Kathir ( puisse Allah lui accorder sa miséricorde) a dit : «  Allah n’aurait pas fait d’ Aïcha l’épouse du Messager d’Allah si elle n’était pas bonne, car le Messager est le meilleur des humains.Si elle était mauvaise, elle n’aurait pu lui appartenir du fait du destin et par décision religieuse.

          Que l’on sache enfin qu’Aïcha la Véridique fille du Véridique était la personne la plus aimée du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) comme l’indique ce hadith d’Amr ibn Al-as qui dit:  « Le Messager d’Allah m’a désigné pour commander le détachement de Dhat as-Salassil.Quand je me suis rendu auprès de lui, je lui ai dit: quelle est la personne que tu aimes le plus?

_ Aïcha.

_ Qui ensuite?

_ Son père.

_ Qui ensuite?

_ Omar.

Ensuite, il a énuméré des hommes . »

          Celui qui déteste l’amie du Messager d’Allah mérite bien d’être détesté par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) le jour de la Résurrection.

Allah le sait mieux.


Voir La Doctrine de la Communauté des Sunnites à propos des nobles Compagnons par Nassir ach-Cheikh 2/871 et  La place des Compagnons dans la Doctrine des Sunnites par Muhammad al-Wouhaybi, p.58.


 

 

 




Publié dans Retour au Passé...

Commenter cet article

Abdelaziz DJABALI 14/08/2017 23:22

JE M’ARRÊTE LÀ DIFFICILE DE CONTINUER !

Abdelaziz DJABALI 14/08/2017 23:19

/-En ce qui concerne les couples mariés,

-Paul se rallie à la position de Jésus :

-‘Que chaque homme ait sa femme,

-et que chaque femme son mari.’

-Il conseil aux couples, sans en faire une obligation,

-de vivre des moments d’abstinence,

-pour se consacrer à la prière d’un commun accord.

Abdelaziz DJABALI 14/08/2017 23:17

/-Que chacun vive selon la condition,

-que le Seigneur lui a donnée en partage,

-et dans laquelle il se trouvait quand Dieu l’a appelé.

-C’est ce que je prescris dans toutes les églises’ (1 Corinthiens, 7, 17).

-C’est pourquoi il se contente de donner une série de suggestions,

-pour que chacun tire le meilleur parti de sa condition présente.

Abdelaziz DJABALI 14/08/2017 23:15

/-La première épître aux Corinthiens,

-développe longuement les différentes situations,

-dans lesquelles se trouvent les couples mariés.

-Ces versets deviendront la règle pour les premières communautés chrétiennes.

-La position de Paul, souvent présenté comme un extrémiste de la pensée chrétienne,

-est dans ce cas précis modérée.

-En effet, il connaît bien les différentes situations,

-dans lesquelles peuvent se trouver les Corinthiens (mariés, veufs, fiancé, célibataires),

-et il n’est pas questions pour lui de tout bousculer pour ‘faire du neuf’ :

Abdelaziz DJABALI 14/08/2017 23:11

/-D’Autres références au mariage,

-se trouvent dans les écrits de Paul :

-« Paul envoie ses lettres à des communautés,

-qui s’interrogent sur le comportement à tenir,

-dans les différentes occasions de la vie.

-Aussi ne faut-il pas s’étonner si les questions à propos du mariage,

-reçoivent des réponses circonstanciées.